– Et donc je m’acharne : Un spectacle qui déparle

 

Ce qu’en dit la Presse

Stéphane Keruel signifie avec finesse et humour son envie de communication authentique. Performance physique autant qu’intellectuelle, son spectacle fait un triomphe.

24 heures [Lausanne], Corinne Jaquiery

Le spectacle est résolument singulier et libre.

La Nouvelle République, Isabelle Pasquet.

Stéphane Keruel titille notre intellect et c’est jubilatoire ! C’est brillant inventif, humoristique !

Le Crestois Val de Drôme Hebdo

Le spectacle met en scène un seul et unique comédien qui va explorer en quatre tableaux les méandres du langage, les secrets de la narration envisagés par les deux bouts de la lorgnette. Cela donne une heure de spectacle proprement époustouflant où l’on rit, s’étonne et s’esbaudit. A souligner notamment une scène jubilatoire qui transforme le comédien en improvisateur de sonorités dans le plus pur style free-jazz, dont la composition rappelle également le travail de Messiaen à partir du chant des oiseaux. L’exploration des mots et de leur sonorité invite au voyage dépouillé de toute référence antérieure.

Le courrier de l’Ouest, Vincent Clémot

 

Et donc je m’acharne est un solo tout terrain.
Une adresse directe au public.
Une tentative paradoxale et jubilatoire de toucher au réel au moyen du langage.
Ecartant toute rêvasserie, le spectacle met en jeu la langue dans tous ses états.
Une poésie active, transformatrice, performative qui, en bouleversant la langue, oeuvre en direct à la reconstruction d’un autrement, à l’échappée d’une bouffée d’air.
Une quête qui, loin de s’enfermer sur la scène, se partage avec les gens par une vitalité contagieuse.

Textes :    Stéphane Keruel, Ghérasim Luca, Richard Dubelski,

Jeu :  Stéphane Keruel

Mise en scène :  Jean-Michel Potiron

Co-réalisation :
Le Chant de la Carpe (Niort), Théâtre à tout Prix (Besançon)

Production:

Le Chant de la Carpe

Coproduction :
Le Comité d’Animation du Pays Mellois et du Haut Val de Sèvres

Avec la collaboration technique :
Centre Dramatique de VillageS (Arçais, Marais Poitevin)
L’Arche – scène conventionnée de Bethoncourt
Le Nouveau Théâtre – Centre Dramatique National de Besançon

 

 

 Conditions techniques:

« Et donc je m’acharne » est un solo jouable en tous endroits (sans besoins techniques )

Espace minimum : 3 m x 2 m
Subsidiaires : 2 PC de 1000 w pour soutenir l’éclairage ambiant

« Et donc je m’acharne » se joue de préférence hors lieux conventionnels de représentations. A ce jour (depuis sa création en juillet 2008), ont été données 170 représentations en des lieux très divers (appartements, scènes ou halls de théâtres, ateliers d’artistes, garage automobile, classes de Lycées, yourtes, locaux associatifs, rampe de skateboard d’intérieur !, etc.) dans de nombreuses Régions de France et en Suisse.
Ce spectacle s’adresse aux adultes. Néanmoins, par son engagement tant physique qu’intellectuel, il offre aux jeunes de quoi attiser leur imaginaire, encourager leur travail de spectateurs.

 

 

 

Comments

S'abonner aux commentaires sur “– Et donc je m’acharne : Un spectacle qui déparle”

  • A propos

    • C'est là que vous pouvez mettre un petit quelque chose à propos de vous. Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah.
  • Stats

    • 49 requêtes servies en 1,177 secondes.
    • Vous pouvez mettre vos compteurs et outils de statistiques ici. Si vous n'avez pas de compteur, essayez statcounter.com.