Affiche Avignon

Et donc je m’acharne

Solo d’salive (poésie spectaculaire)

Stéphane Keruel était un enfant qui mangeait du chocolat dans son lit. Devenu grand il fut écrabouillé par la prose et la syntaxe de la sémentique méchante avec tous ces pas comme ci pas comme ça. Furibard le fut. Il dit qu’il s’entendait plus soi-même la pensée. Il dit qu’on lui avait le pas du citron pressé. Il dit RÉSISTANCE. Alors il décida de prendre la présidence des mots contre les grosses vérités. Il dit qu’il voulait faire sonner le moins fort dont surtout le différent pour parler à sa façon contre les lieux communs d’auxquels on se fait toujours avoir. Tournée générale dans la langue ! lança-t-il et il eut le bon goût quant au langage de la poésie contre les solutions finales.

Stéphane Keruel  s’acharne et livre le grand combat contre la langue

 

 

 

Un commentaire sur “Cet été, retrouvez Le Chant de la Carpe au festival Off d’Avignon avec :”

  1. « L’idiotie, le poème neuneu, la poésie au ras des paquerettes, se mettre plus bas que terre, se mettre honteux, ça c’est quelque chose qui m’a toujours travaillé. Ce n’est pas une régression, c’est dire qu’il y a des désirs cachés qui passent dans les mots, que chacun a sa manière bien a lui de remuer les choses dedans sa bouche, que chaque parole a un secret dedans et que ce ne sont pas que les médias qui savent tout de la parole, de la science à parler, pour moi l’armée noire c’est avant tout une invasion de parole, un grouillement des mots dont on ne veut pas entendre parler, on ne veut pas entendre parler l’enfant en soi, la femme en soi, le faible en soi, le philosophe en soi, tous les en-soi mêlés et qui veulent prendre la parole, toutes les bagarres positives avec l’être et le dehors. […] La poésie dit ça, elle dit le moment où ça peut partir en vrille dans le vivant, seulement le vivant n’y croit pas, il préfère les discours des chefs, des autorités, de l’église, du patronat, il préfère en chier de la publicité et de la morale que de voir qu’il chante à tue-tête dans sa tête à longueur d’année. On ne veut pas croire au fait qu’on est des bêtes à parler et à tournoyer dans la caverne avec des torches allumées dans le noir et qu’on voit rien et qu’on danse, on ne veut rien voir de tout ça bien souvent. Sauf par moment où ça rit de bon cœur avec la pensée qui sort dans la bouche et que la bouche se mette à penser le chant et à livrer ça à l’air libre. Personne ne croit en la poésie, même moi à 95 % de mon temps je n’y crois pas, je suis éteint comme un téléviseur. » (Charles Pennequin) (merci Sébastien Zaegel!)

Comments

S'abonner aux commentaires sur “Cet été, retrouvez Le Chant de la Carpe au festival Off d’Avignon avec :”

  • A propos

    • C'est là que vous pouvez mettre un petit quelque chose à propos de vous. Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah.
  • Stats

    • 48 requêtes servies en 0,669 secondes.
    • Vous pouvez mettre vos compteurs et outils de statistiques ici. Si vous n'avez pas de compteur, essayez statcounter.com.