Le chant de la Carpe

Le Chant de la Carpe, est une compagnie professionnelle de théâtre fondée en 2001.
Stéphane Keruel, comédien et metteur en scène depuis 1987, en assure l’orientation artistique.
La Compagnie crée et diffuse des spectacles qui cultivent un sens intime de la liberté
d’esprit.
Elle milite pour le rapprochement de chacun avec l’acte de création artistique ainsi que
pour la rencontre de publics « inhabituels » : pour cela, elle va à leur rencontre en tous lieux et
par différents moyens, notamment à travers le théâtre chez l’habitant, et l’ouverture d’un
Centre Dramatique de Villages à Arçais.

Au fil du temps, le Chant de la Carpe est reconnu en de nombreuses régions de France et
en Suisse pour l’originalité de sa démarche. À travers chacun de ses projets, la Compagnie
renouvelle et réaffirme sa double quête d’origine :
• singularité de la production artistique
• rencontre de tous les publics.
C’est ainsi que la Carpe marche sur ses deux pieds !
Le Chant de la Carpe ne se contente pas des lieux de diffusion répertoriés, elle insère
l’acte artistique (création et diffusion) au coeur des lieux de vie que sont :
– les domiciles (« théâtre en appartement »),
– les établissements scolaires (résidences longues en Lycées),
– les villages (un Centre Dramatique de Villages en milieu rural, Marais Poitevin),
– les quartiers urbains (locaux associatifs, Centres Socio-culturels, Médiathèques, etc).
Outre des spectacles, la Compagnie propose :
– des lectures publiques
– des stages d’entraînements à la prise de parole en public (tous âges)
– des stages de lecture à haute voix, tous publics
C’est modestement mais avec détermination que la Compagnie intègre son action dans
la tradition militante d’un « élitisme pour tous ».
« Ce qui est démocratique, c’est d’arriver à faire du ‘‘petit cercle des connaisseurs’’ un
grand cercle des connaisseurs. « 
, disait B. Brecht.
« Quel éc-art de vivre pour quelle humanité ?

Créations du Chant de la Carpe

2001 : « …C’est tout ! » d’après Daniil Harms (), mise en scène Stéphane Keruel, avec
Claude Andrzejewski et Stéphane Keruel.
2003, 2004 et 2005 : trois versions scéniques de « C’est quelque chose » Ecriture, mise en
scène et jeu : Stéphane Keruel, version 2003, jeu : Blandine Clémot, Florence Meier, Laurent
Baudouin, Claude Andrezejewski, Eric Chaussebourg, Richard Ecalle, Cyril Cottron.
2005 : « Le fantôme de la vieille paroisse », textes de Ghérasim Luca, montage et mise en
scène Stéphane Keruel, jeu Blandine Clémot et Stéphane Keruel.
2005 : « Chôôôcolaaah, un passage obligé à travers un cri », écriture, mise en scène et jeu :
Stéphane Keruel.
2006 : deuxième version de « Chôôôcolaaah » mise en scène par Jean-Pierre Bodin, jeu :
Stéphane Keruel.
2007 : « La poésie, la question même de la langue », petite forme théâtrale en guise
d’initiation à la poésie, jouée dans des classes de collèges et lycées, montage jeu et mise en
scène Stéphane Keruel.
2008 : « Les Dériveurs » d’après Guy Debord, montage : Jean-Michel Potiron, première étape
de chantier, CDN de Besançon, mise en scène : Stéphane Keruel, jeu : Jean-Michel Potiron
2008 : « Et donc je m’acharne », mis en scène par Jean-Michel Potiron, jeu : Stéphane
Keruel.
2008 : « Ahh, ou comment réinventer des formes d’étreintes », écriture : Stéphane Keruel,
mise en scène :Florence Meier, Lyon.
2010 : « Tout ça tout ça ! », écriture : 181 spectateurs, montage et jeu : Stéphane Keruel,
mise en scène Jean-Michel Potiron.

2011:  « @tension » : écriture collective, mise en scène par Stéphane Keruel.

2012:  « Là quand même » , écriture et jeu:  Stéphane Keruel,  mise en scène: Jean Michel Potiron.

le Chant de la Carpe est soutenu par la Région Poitou-Charentes, le Département des    Deux-sèvres, la Ville de Niort et la Commune d’Arçais

Les commentaires sont fermés.

  • A propos

    • C'est là que vous pouvez mettre un petit quelque chose à propos de vous. Blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah blah.
  • Stats

    • 45 requêtes servies en 0,492 secondes.
    • Vous pouvez mettre vos compteurs et outils de statistiques ici. Si vous n'avez pas de compteur, essayez statcounter.com.